• (+243) 818722601
  • dyfemrdc@gmail.com
In CONTROL CITOYEN

LA DYFEM DEPLORE DES CAS DE BLANCHIMENT DES MINERAIS DES SITES DE RUBAYA

 

La Dynamique des Femmes des Mines observe l’évolution du processus d’étiquetage et s’inquiète des limites des limites non seulement liés au contexte mais aussi aux acteurs et services sensés le mettre en œuvre.

En effet, le 12 Aout 2015, Mr RICHARD FICECK  citoyen de nationalité Tchèque, trafiquant des minerais est parvenu à s’approvisionner frauduleusement du Coltan et à le blanchir avec des étiquètes/Tags profitant de la complicité d’un agent de PACT-ITRI

Ce trafiquant de nationalité Tchèque s’était présenté à Goma au début de ce même mois, ne disposant pas ni carte de creuseur, ni carte de négociant, il  va bénéficier de la couverture de Monsieur le pasteur ISRAEL, membre de la COMIDER avec  Mr LEOPOLD. Avec la complicité de ce dernier, ce tchèque est parvenu à se procurer une quantité du coltan de 1500Kgs provenant des sites de Rubaya et équivalent à une somme de 21000$.

Après avoir reçu cette quantité, Mr RICHARD FICECK et  ces deux  complices le pasteur  ont réussi à se procurer frauduleusement  des étiquètes et sont parvenus à étiqueter ces minerais  avec le soutien de Mr Justin UWEMA, Directeur Adjoint du Projet PACT/ITRI au Nord-Kivu.

A titre de rappel, l’étiquetage est un processus qui se fait à partir de la mine (ici le SAESSCAM place les étiquetés mines), au niveau du centre et point de négoce (ici la division des mines place les étiquètes Négociant) et la dernière phase c’est au niveau de l’entité de traitement qui  constitue l’ultime étape avant l’exportation. Ces étiquètes sont gérés par PACT/ITRI  qui se charge de le remettre à SAESSCAM et à la Division des Mines en nombre limité et identifié.

Cependant, quelques jours après l’acquisition de ces minerais et son blanchissement avec ces étiquètes, ce sujet Tchèque va se rendre compte que le lot des minerais lui livrés était constituée en grande partie des rejets, gravier et de sable, ainsi il s’est rendu compte qu’il avait été roulé, Il se plaigna devant certains opérateurs et l’affaire prit une ampleur qu’elle fut connue de tous.

Devant cette situation, il se décida de poursuivre ses contractants pour qu’ils lui restituent cette somme de 21000$ mais ces derniers et tous les membres de leurs réseaux se sont retrouvés dans l’impossibilité de réaliser ce montant.

Cette affaire commença à prendre une ampleur considérable  et PACT /ITRI eu écho de cette affaire qui ternissait de plus en plus l’image du processus de traçabilité et d’étiquetage des minerais. Ainsi  PACT/ITRI décida de renvoyer Mr Justin UWEMA et de le démettre de ses fonctions de Directeur Adjoint de ce projet au Nord-Kivu mais fit tout pour garder silence face à cette maffia dans laquelle son agent était impliqué.

La DYFEM continue de suivre cette affaire et vous tiendra au courant de son évolution de ce dossier. Brigitte BASHALI MUBUYA, le 19/11/2015

Translate »