.col-md-9 .hentry h1{line-height:24.8px;}
  • (+243) 818722601
  • dyfemrdc@gmail.com
In CONTROL CITOYEN

La DYFEM participe à la mission conjointe de sensibilisation sur l’appropriation du processus de traçabilité des minerais en territoire de Walikale du 10 au 17 Novembre 2016

Organisé par l’Observatoire de la Société Civile Congolaise pour les Minerais de Paix /OSCMP-RDC avec l’appui de l’Organisation Internationale des Migrations /OIM-Goma du 10 au 17 Novembre 2015, la mission reposait sur la nécessité de sensibiliser à la surveillance et au suivi du respect des normes de diligence par les opérateurs miniers de Walikale.

Cette mission s’est tenue dans un contexte particulier caractérisé par le début de l’évacuation des stocks résiduels des minerais se trouvant encore sur les sites miniers dans la concession de la compagnie minière ALPHAMINES d’une part, et d’autres parts le déclenchement d’un processus de sensibilisation afin de préparer tous les acteurs de cette zone à s’approprier le processus de désengagement des  pacifique des artisanaux des sites se trouvant sur la concession de l’entreprise ALPHAMINES.

Se fondant sur le prescrit de la loi congolaise qui consacre l’exclusivité du permis d’exploitation et l’exercice de l’exploitation minière artisanale que dans une zone délimitée et reconnue comme Zone d’exploitation artisanale, cette mission poursuivait les objectifs entre autre :

  • Sensibiliser et vulgariser la loi minière ainsi que les différents mécanismes d’assainissement du secteur minier en RDC,
  • Promouvoir les autres opportunités économiques existantes en dehors de l’exploitation minière sur les sites se trouvant dans la concession d’ALPHAMINES,
  • Préparer les communautés locales et opérateurs miniers à accompagner le processus de production d’un plan d’évacuation volontaire des creuseurs des sites miniers concédés,
  • Faciliter un dialogue social entre la compagnie, les creuseurs artisanaux, les négociants, la notabilité locale, les communautés locales et les autorités politico-coutumières,
  • Contribuer à instaurer un cadre permanent d’échange entre les communautés locales, la notabilité, les forces vives et la compagnie,
  • Préparer la compagnie, les creuseurs artisanaux, les négociants, la notabilité locale, les communautés locales et les autorités politico-coutumières à l’appropriation du projet de ALPHAMINES ;
  • Amener les acteurs de la société civile, les notables et chefs coutumiers, ainsi que les autres acteurs «étatiques et économiques) à la prise de position tenant en compte l’intérêt suprême de la population et de l’impératif du développement du milieu,
  • Prévenir les risques de déchirement et promouvoir la cohésion sociale en territoires de Walikale.

L’équipe conjointe était composée de :

  1. Mr Alexis MUHIMA SHINJA (Directeur Exécutif de l’Observatoire de la Société Civile pour les Minerais de Paix /OSCMP),
  2. Mme Brigitte BASHALI (Coordonnatrice de la Dynamique femme des Mines/DYFEM),
  3. Mr Sadoc KITSA (Président de l’Association des Négociants des Minerais du Nord-Kivu / ANEMNKI)
  4. Mr Faustin KUBUYA (Directeur Gérant de la Coopérative Minière MPAMA-BISIE /COMIMPA)
  5. PEPE BUTA MISINGI (Point focal de ADECAEWA)

Cette équipe avait  bénéficié de l’accompagnement local des personnalités ci-après :

  1. Mr Raphael MBOKO : Chef de Bureau des Mines de Walikale
  2. Mr DOMENGO Vital : Chef de Bureau de SAESSCAM / Goma en séjour à Walikale,
  3. Mr NGUNZA RUKARASHE , Vice-président de l’ANEMNKI,
  4. Mr Lucien MASUDI KISAMBULA : Secrétaire Rapporteur du Bureau de Coordination de la Société Civile de Walikale,
  5. Mr Blaise SHEKE : Président de la Coordination de la Société Civile de Walikale,
  6. Me MBULA KIKUBUKUBU Anderson, Chef d’Antenne OSCMP / Walikale,
  7. WATETA : Membre de COMIMPA/ Walikale,
  8. Mr Joseph ATIBU BINUNDA : Membre du clan Bangandula,
  9. Saleh AJUWEYAKE, membre du clan BANGANDULA,
  10. Mr Vincent SONGE GBOLO, Chef de projet PACT /ITRI, en séjour à Walikale,
  11. Mr Paulin BULAKALI, consultant IPIS,
  12. SAFARI AKUDALA, Chef du foyer minier de Bisie,
  13. Mme Angèle BAUNI SIFA, Perceptrice à la Barrière de NDJINGALA
  14. Dieudonné AMULI MBUNSU, Société Civile Walikale

Forte de l’appui du Gouvernement provincial du Nord – Kivu à cette approche, les membres de cette délégation ont 0°00 les activités ci-aprè :

  • Consultation des acteurs des organisations de la société civile et autres forces vives de Walikale – centre
  • Rencontre avec les membres des coopératives, négociants, société civile à NDJINGALA
  • Rencontre avec la Société civile, Négociants et membres des Coopératives à Mubi
  • Rencontre avec les forces vives et notabilité de Loghu
  • Rencontre avec la notabilité locale, société civile, négociants, coopératives, autorités coutumières à Biruwe
  • Réunion d’analyse et de capitalisation de la mission

A l’issue de cette mission les membres de l’équipe conjointe de sensibilisation, sur base des différents débats, un tableau retraçant les opportunités et défis sur la chaine d’approvisionnement des minerais de Walikale a été dressé:

A. Opportunités :

Au cours de cette mission, nous avons à l’unanimité réalisée les constats ci-après :

  1. L’existence des sites validés et début de la mise en œuvre du processus d’étiquetage par PACT/ITRI
  2. Prise de conscience sur la nécessité de l’exploitation industrielle à Bisie :

La majorité des couches contactées reconnaissent la nécessité d’une exploitation industrielle comme facteur pouvant booster le développement socio-économique de Walikale car ils avouent unanimement que l’exploitation artisanale n’a rien apporté  au développement de ce territoire,

B. Défis majeurs :

  • Pour le gouvernement et pour la chaine d’approvisionnement des minerais à Walikale :
  1. L’implication de plus en plus persistante des militaires dans l’érection des barrières illégales et la perception illégale sur toutes les voies menant vers le site de Bisie,
  2. La persistance des groupes armés locaux autours du grands axes menant dans le groupement Wassa,
  3. Le retour et installation des creuseurs artisanaux à Bisie depuis le démarrage de l’évacuation des stocks résiduels,
  4. Manque d’un plan d’évacuation ainsi que des mesures de suivi et d’accompagnement des creuseurs occupant Bisie et leurs dépendants,
  5. Manque des statistiques fiables des creuseurs artisanaux qui envahissent Bisie ainsi que leurs dépendants,
  6. Faible nombre des sites miniers viables validés et pouvant servir d’alternative au retrait des creuseurs artisanaux de Bisie,
  7. Impunité envers les responsables des coopératives et autres opérateurs miniers qui entretiennent le désordre à Bisie en foulant aux pieds la loi du pays et en créant délibérément l’impasse,
  8. La non opérationnalité des centres de négoce d’une part et/ou le manque d’équipements adaptés aux opérations de commercialisation des minerais dans ces centres de négoce d’autres parts,
  9. Manque de sensibilisation et de vulgarisation suffisante du processus de traçabilité tant auprès des opérateurs que des communautés,
  10. Faible capacité des services techniques et de l’administration des mines dans l’assainissement de la chaine d’approvisionnement
  • Pour la compagnie ALPHAMINES :
  1. Le passif de MPC de plus d’une décennie :

Au cours de nos différentes rencontres, il s’est avéré une crise de confiance énorme de la population vis-à-vis de la compagnie suite au passif du MPC sur le plan des relations avec ces communautés,

  1. Le manque de dialogue avec les populations et manque d’informations sur le projet ALPHAMINES et ses effets induits sur la vie socio-économique,
  2. Faible visibilité : ceci se traduit par la faible intervention de la compagnie sur le plan social (implication dans les infrastructures sociales de base, recrutement de la main d’œuvre locale…) et demeure un facteur important qui accentue le manque de confiance entre elle et les communautés locales,

En fin quelques recommandations et stratégie ont été émises par les couches sensibilisées afin d’assurer la pérennisation des acquis :

Au Gouvernement :

  • Procéder à la validation du site minier de KALAY BOEING, le seul site à  forte production et capable de regorger le grand nombre des creuseurs artisanaux qui vont évacuer Bisie,
  • Procéder à l’identification des creuseurs artisanaux se trouvant à Bisie et leurs dépendants,
  • Renforcer et consolider ce cadre conjoint de sensibilisation (Société civile –Négociants – Coopératives) jusqu’à la fin des opérations d’évacuation totale des creuseurs,
  • Appuyer et accompagner la démarche de la Société civile dans la sensibilisation des groupes armés de Wassa et Utunda afin de faciliter le processus de traçabilité à KALAY BOEING
  • Organisation une séance d’information et de sensibilisation des cadres des coopératives minières de Walikale vivant à Goma et Kinshasa afin de les amener à se désengager des manœuvres qui créent l’impasse à Bisie et à s’impliquer dans le processus d’évacuation volontaire
  • Multiplier les séances de vulgarisation du processus de traçabilité à Walikale afin de son appropriation par les populations et les opérateurs miniers,

Pour la compagnie ALPHAMINES :

  • Procéder à des séances d’information du public sur le projet Bisie et surtout la vulgarisation de sa stratégie d’appui au plan de développement local,
  • Mise en œuvre effective de sa responsabilité sociétale surtout quant à la réalisation des œuvres sociales et des actions à impacts visibles sur les communautés,
  • Promouvoir et consolider le cadre permanent de dialogue avec les communautés locales.

Brigitte BASHALI MUBUYA

                                                                      

Translate »